Les salariés et retraités du Blanc-Mesnil étaient présents dans le cortège parisien pour s’opposer à cette « contre-réforme » libérale et exiger le maintien du niveau des pensions et la préservation d’un régime de retraites solidaire par répartition. Leur combat n’est pas celui des actifs et des retraités, il est aussi celui de la jeunesse lycéenne et étudiante qui lutte actuellement contre le plan de réduction des effectifs à l’Education nationale.

Face aux attaques globales du Gouvernement, nous devons organiser une riposte globale !