Qui est donc ce « nabot monstrueux, passé maître dans la petite fripouillerie politique, virtuose du parjure et de la trahi­son, rompu à tous les bas stratagèmes, aux expédients sournois et aux viles perfi­dies de la lutte des partis au parlement, toujours prêt, une fois chassé du ministère, à allumer une révolution, pour l’étouffer dans le sang une fois qu’il y est revenu avec des préjugés de classe en guise d’idées, de la vanité en guise de cœur menant une vie privée aussi abjecte que sa vie publique est méprisable, - il ne peut s’empêcher, même maintenant où il joue le rôle d’un Sylla français, de rehausser l’abomination de ses actes par le ridicule de ses fanfaronnades. »

Vous avez trouvé ?

Il s'agit du portrait de Thiers dressé par Karl MARX dans La Guerre civile en France. Troublant, non?