Face au silence de l’Etat sur la situation humanitaire alarmante des populations tamouls, le maire Didier Mignot a appelé à « l’arrêt immédiat des hostilités » et demandé aux autorités françaises et européennes « de mettre en œuvre l’ensemble des moyens à leur disposition pour exiger la reprise des négociations entre les deux parties », dans un courrier adressé à Mr Kouchner, ministre des affaires étrangères.

Quatre jeunes Tamouls ont entamé une grève de la faim depuis le 7 avril pour sensibiliser la population française et les médias aux atrocités de cette guerre.