Comme vous, j’ai à cœur que les Blanc-Mesnilois aient accès à un service public postal de qualité. Je ne peux donc que me féliciter de votre décision d’augmenter les horaires d’ouverture du bureau de poste de l’avenue Jean Jaurès. Cela va indéniablement dans le sens d’une amélioration du service rendu aux usagers. Je me réjouis également des travaux entrepris à la Poste des Tilleuls pour moderniser ses locaux.

Permettez-moi néanmoins d’être plus réservé quant à ses nouveaux horaires. J’ai certes été attentif, lors de notre rencontre du 02 juillet dernier, à vos « contraintes d’organisation » et suis, comme vous, tout à fait conscient des problèmes de sécurité dans le quartier des Tilleuls. Je mesure également combien il est difficile pour les agents de La Poste d’exercer leur travail dans les conditions que nous connaissons aujourd’hui.

Vous avez pu noter que des compagnies de sécurité avaient été envoyées en renfort à la suite des graves événements survenus il y a quelques semaines. Nous sommes tous conscients que cela n’est pas suffisant. J’ai écrit à plusieurs reprises au ministère de l’Intérieur pour exiger le rétablissement des effectifs de police – en diminution constante depuis 2002 – et renouveler ma demande de création d’une Unité Territoriale de Quartier (UTEQ) au Blanc-Mesnil.

Face à la dégradation des conditions de vie et de travail des habitants des Tilleuls et des agents de La Poste, je suis convaincu que la solution réside en premier lieu dans le rétablissement d’une présence pérenne de la police nationale dans le quartier des Tilleuls, et non dans une réduction des horaires d’ouverture du bureau de poste.

Il est absolument crucial que les habitants puissent bénéficier d’un égal accès, comme dans le reste de la ville, aux services publics. Nul ne peut douter que ces derniers constituent le « dernier rempart » face au risque de ghettoïsation et d’anomie d’un quartier durement frappé par l’exclusion et le chômage, notamment des jeunes.

Je ne pense pas seulement ici à la Poste, mais aux transports en commun, à la santé, à l’éducation notamment. Je suis intervenu tout récemment auprès de la direction de la RATP et du Préfet pour que la desserte du quartier des Tilleuls par la ligne de bus 148 soit rétablie au plus vite dans des conditions acceptables pour les agents de la RATP qui avaient décidé d’exercer leur droit de retrait face aux agressions dont ils avaient été victimes. Je ne pouvais en effet me résigner à ce qu’une grande partie de la population subisse une « double peine » du fait des agissements d’un petit groupe de délinquants.

Les Blanc-Mesnilois, quel que soit le lieu où ils résident, doivent pouvoir se loger, se déplacer, se soigner, accéder à une éducation de qualité et faire leurs démarches dans les mêmes conditions. Il s’agit là d’une exigence indispensable à la cohésion de la nation.

Or, en réduisant les horaires d’ouverture du bureau de poste des Tilleuls, notamment en fin d’après-midi, ne prive-t-on pas en partie les usagers d’un des quartiers les plus peuplés de la ville d’un service public essentiel ? Le bureau ne risque-t-il pas du reste d’être engorgé le samedi matin, seul moment de la semaine où les gens qui travaillent pourront s’y rendre ? Ne peut-on pas craindre au final, avec l’allongement des files d’attente, une dégradation des conditions de travail des agents de la Poste et de la qualité du service rendu ?

Comptant sur votre compréhension et restant à votre écoute,

Je vous prie de croire, Madame la Directrice, en l’assurance de mes sentiments les plus sincères.

Didier MIGNOT Maire

Le Blanc-Mesnil, Le 29 octobre 2009